Mise en place d’une période transitoire prolongeant l’application du RGPD et la protection des données personnelles au moins jusqu’à fin 2020

Presque trois années après avoir entamé la procédure de retrait couramment appelée « Brexit » et à l’issue d’intenses négociations avec la Commission européenne, le Royaume-Uni a officiellement quitté l’Union européenne dans la nuit du 31 janvier au 1er février 2020.

Outre les nombreux aspects humains, politiques et économiques qu’implique ce départ d’un des plus anciens membres de l’UE, cette décision historique aurait pu avoir des conséquences juridiques très contraignantes quant aux conditions dans lesquelles des données à caractère personnel peuvent désormais être transmises à des destinataires britanniques par tout responsable de traitement établi dans un État membres de l’UE.

Sans aménagement particulier, le départ du Royaume-Uni aurait en effet pu signifier que les dispositions du RGPD ne s’y appliqueraient plus et que les sociétés souhaitant entamer ou poursuivre une relation avec un destinataire britannique devaient conclure des contrats basés sur les clauses contractuelles types de la Commission européenne, précisément conçues pour couvrir les transferts de données vers des pays dont le droit national n’offre pas un niveau de protection jugé suffisant.

L’accord de retrait négocié prévoit heureusement la mise en place d’une période transitoire pendant laquelle les dispositions du RGPD continueront d’être applicables au Royaume-Uni. Cette période court initialement jusqu’au 31 décembre 2020 et pourra être prolongée une fois, pour une durée maximale de deux ans.

Aucune formalité n’est donc nécessaire durant cette période pour transférer des données personnelles vers des destinataires établis au Royaume-Uni.

Si ce délai ne suffisait pas pour que la Commission européenne adopte une mesure d’adéquation visant à reconnaître que le droit britannique offre un niveau de protection adéquat, c’est à dire équivalent à celui en vigueur au sein de l’Union européenne, tout transfert de données personnelles vers le Royaume-Uni devra être encadré par les outils prévus par le RGPD.

Brexit et données personnelles : lire l’article de la CNIL sur le sujet

En lire plus sur le RGPD

Retour sur le RGPD, deux ans après sa mise en place

Je partage

Derniers articles

miniature article interet legitime europe

La notion d’intérêt légitime au cœur d’un débat européen

En 2020, l’Autorité de Protection néerlandaise a sanctionné une société de diffusion de matchs de football pour violation des règles de protection des données personnelles. Cette décision a provoqué un débat européen autour de la notion d’intérêt légitime. Alice Picard, notre juriste consultante Protection des Données, revient dans le détail sur les ressorts de ce débat.

Lire l'article
edito digitemis par ludovic de carcouet avril 2022

L’édito de Digitemis, par Ludovic de Carcouët (juin 2022)

Cyber humanum est : l’édito de Ludovic de Carcouët, CEO de Digitemis (juin 2022). L’édition 2022 du Forum International de la Cybersécurité (FIC) qui s’est déroulée à Lille la semaine dernière a montré que le facteur humain demeure le socle d’une politique cyber efficace et ambitieuse. L’humain reste le meilleur garant de la solidité et de la continuité d’un écosystème grâce à son savoir-faire, à sa réflexion, à ses compétences, à sa capacité d‘innovation et de réponse aux problématiques technologiques qui se posent. Il est le plus à même de réguler son rapport à la machine et de doser son usage.

Lire l'article