L’enregistreur de vidéo Dahua DHI-NVR4108/4116HS-8P-4KS2, comme de nombreux autres produits similaires de l’éditeur, est un équipement de surveillance vidéo.

Découverte et exploitation

L’équipe test d’intrusion de Digitemis a découvert une vulnérabilité au sein de l’enregistreur vidéo Dahua DHI-NVR4108/4116HS-8P-4KS2 SNS version 4.000.0000001.5.R.191218.

Un attaquant non authentifié peut modifier le mail du propriétaire de l’équipement afin d’initier une procédure de réinitialisation à son avantage. L’attaquant pourra ensuite contacter le support de Dahua en lui transmettant le QRCode associé à l’équipement afin d’obtenir en retour le code de sécurité. Ce dernier permet de définir un mot de passe arbitraire au compte admin et prendre ainsi le contrôle de l’enregistreur vidéo.

Après échange avec l’équipe du PSIRT de Dahua, il s’est avéré que l’équipe d’intrusion de Shielder a également découvert cette vulnérabilité. Celle-ci est désormais référencée CVE-2021-33046 par le MITRE.

Correctifs

L’éditeur décrit l’ensemble des équipements et versions affectés à mettre à jour au sein de la publication suivante : https://www.dahuasecurity.com/support/cybersecurity/details/987
Il est donc recommandé de mettre à jour ces systèmes. Le bulletin de sécurité édité par Digitemis peut être téléchargé : FR / EN.

Je partage

Derniers articles

miniature article interet legitime europe

La notion d’intérêt légitime au cœur d’un débat européen

En 2020, l’Autorité de Protection néerlandaise a sanctionné une société de diffusion de matchs de football pour violation des règles de protection des données personnelles. Cette décision a provoqué un débat européen autour de la notion d’intérêt légitime. Alice Picard, notre juriste consultante Protection des Données, revient dans le détail sur les ressorts de ce débat.

Lire l'article
edito digitemis par ludovic de carcouet avril 2022

L’édito de Digitemis, par Ludovic de Carcouët (juin 2022)

Cyber humanum est : l’édito de Ludovic de Carcouët, CEO de Digitemis (juin 2022). L’édition 2022 du Forum International de la Cybersécurité (FIC) qui s’est déroulée à Lille la semaine dernière a montré que le facteur humain demeure le socle d’une politique cyber efficace et ambitieuse. L’humain reste le meilleur garant de la solidité et de la continuité d’un écosystème grâce à son savoir-faire, à sa réflexion, à ses compétences, à sa capacité d‘innovation et de réponse aux problématiques technologiques qui se posent. Il est le plus à même de réguler son rapport à la machine et de doser son usage.

Lire l'article