Nantes. ADN Booster accompagne quatre start-up

Quatre start-up nantaises et vendéennes ont intégré ADN Booster, l’accélérateur d’ADN Ouest à la mi-janvier.

L’Association des décideurs du numérique a son accélérateur de start-up : ADN Booster. Quatre entreprises ont intégré le dispositif mi-janvier, pour six mois.

Evals qui propose une solution interactive et participative d’animation événementielle. Baludik, qui a sorti une application pour des balades loisirs font partie de la toute première promotion. Les Vendéens de Moderato Social (agence web Cube) et Digitemis, spécialisée dans la cybersécurité font aussi partie de l’aventure.

Toutes ces startups ont dépassé la phase d’amorçage. ADN Booster espère accompagner ainsi quinze start-up par an en les aidant à accélérer leur développement. ADN Booster ne prend pas de parts dans le capital.

Source : Le Journal des Entreprises

Je partage

Derniers articles

Analyse des Métriques XSS : comprendre l’Impact des injections de code côté client

Lors des tests d’intrusion, l’injection de code côté client est généralement plus aisée à découvrir qu’une injection côté serveur. Le nombre de paramètres dynamiques transitant du back au front, la difficulté d’échapper correctement à l’entrée et à la sortie et la multitude d’encodage liés à l’affichage peuvent être des vrais casse-têtes pour qui souhaite faire la chasse à la XSS. Le JavaScript malveillant semble ainsi avoir de beaux jours devant lui. Cependant, il n’est pas rare qu’à l’issu de l’audit, la criticité d’une telle injection découle directement de la configuration des cookies présents sur l’application. En effet, l’absence de l’attribut HttpOnly majore irrémédiablement les risques liés à ce type d’attaque. Néanmoins, cela signifie-t-il que la présence de cet attribut doive absolument amenuiser la criticité d’une injection ?

Lire l'article

Angular, N’Tier et HttpOnly

Avec l’apparition au cours de la décennie 2010 des environnements de travail Javascript de plus en plus puissants, l’architecture N’Tiers, si elle était déjà une norme dans le contexte d’application d’entreprises au cours des années 2000, a pu voir son modèle s’étendre à de nombreuses solutions Web. Ce modèle repose sur l’utilisation de technologies exécutées par le navigateur. Or, il arrive parfois que cette couche doive gérer une partie de l’authentification de l’utilisateur, pourtant une recommandation courante sur l’authentification est qu’elle ne doit jamais être côté client. Aussi, les cookies devraient toujours posséder l’attribut HttpOnly, empêchant leur lecture par une couche Javascript et ce afin d’empêcher tout vol de session lors d’une attaque de type XSS. Pourtant, cet attribut empêche littéralement l’application front-end de travailler avec ces éléments. Comment gérer au mieux ces questions sur ce type de déploiement ?

Lire l'article