Digitemis prévoit de doubler son chiffre d’affaires en 2018

Trois ans après sa création, Digitemis devrait clore son exercice 2017 sur un chiffre d’affaires aux alentours d’1 M€. « Nous sommes un modèle de startup un peu atypique. Nous sommes sur une croissance à 3 chiffres depuis la création et nous sommes rentables », se félicite Ludovic de Carcouët, créateur de la jeune pousse vendéenne spécialisée dans la cybersécurité et la protection des données personnelles. Pour faire face à cette forte croissance, qui lui a d’ailleurs valu de décrocher le Pass French Tech, la startup (20 salariés) est en phase de recrutements. « Nous sommes sur un rythme d’un à deux recrutements par mois. Nous devrions être une trentaine de salariés début 2018. »

Prise de consciences

Et c’est un boulevard qui s’ouvre encore à elle. « Il y a une prise de conscience de plus en plus forte des enjeux », constate Ludovic de Carcouët. Pour répondre à la demande, la startup, qui teste la vulnérabilité de systèmes et aide les entreprises à se mettre en conformité avec la réglementation sur la protection des données, prévoit d’ailleurs de doubler ses effectifs et son chiffre d’affaires en 2018.

Un ADN particulier

Mais si Digitemis profite d’un marché porteur, avec une réglementation qui est en train d’être harmonisée au niveau européen, elle tire aussi sa force de son positionnement. « Nous avons un ADN particulier qui séduit nos clients. Notre équipe est composée d’ingénieurs mais aussi de juristes. » Un ADN qui lui permet de rayonner largement au-delà du territoire. D’autant que la startup a pour elle d’être qualifiée par l’Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), ce qui lui permet d’intervenir sur des sites sensibles, et d’avoir déjà décroché 6 labels de la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés). Implantée à La Merlatière, Digitemis a ouvert un bureau à Nantes et à Paris.

Florence LE NEVÉ

Source : Agence API

Je partage

Derniers articles

Angular, N’Tier et HttpOnly

Avec l’apparition au cours de la décennie 2010 des environnements de travail Javascript de plus en plus puissants, l’architecture N’Tiers, si elle était déjà une norme dans le contexte d’application d’entreprises au cours des années 2000, a pu voir son modèle s’étendre à de nombreuses solutions Web. Ce modèle repose sur l’utilisation de technologies exécutées par le navigateur. Or, il arrive parfois que cette couche doive gérer une partie de l’authentification de l’utilisateur, pourtant une recommandation courante sur l’authentification est qu’elle ne doit jamais être côté client. Aussi, les cookies devraient toujours posséder l’attribut HttpOnly, empêchant leur lecture par une couche Javascript et ce afin d’empêcher tout vol de session lors d’une attaque de type XSS. Pourtant, cet attribut empêche littéralement l’application front-end de travailler avec ces éléments. Comment gérer au mieux ces questions sur ce type de déploiement ?

Lire l'article

Cybersécurité bancaire en Europe : les nouvelles mesures de la BCE, les risques et les solutions

La cybersécurité est devenue une préoccupation majeure pour le secteur financier, confronté à une digitalisation croissante de ses activités. Alors que la Banque Centrale Européenne (BCE) intensifie ses efforts pour renforcer la résilience face aux cybermenaces, cet article explore le contexte actuel, les initiatives de la BCE et les recommandations de Digitemis pour faire face à l’intensification des menaces sur le secteur.

Lire l'article