Vendée. Un bureau à Paris et de nouvelles certifications pour Digitemis

Digitemis, l’entreprise vendéenne de sécurité informatique croît à la vitesse grand V. Elle compte ouvrir très vite un bureau à Paris et a été de nouveau certifiée par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil).

« Le 15 mai prochain nous serons 18 », annonce Ludovic de Carcouët, directeur de Digitemis une société de sécurité informatique implantée en Vendée (environ un tiers des effectifs) et à Nantes (environ deux tiers des effectifs). Pour que les équipes soient plus à l’aise, l’entreprise a doublé la surface de ses bureaux nantais. « Nous louons des bureaux dans une pépinière. Pour le moment, cette solution souple nous convient parfaitement », ajoute le dirigeant. L’entreprise qui reste discrète sur le chiffrage de son activité a réalisé un peu moins d’un million d’euros de chiffre d’affaires en 2016 et compte au moins doubler en 2017. « Nous avons triplé nos résultats de 2016 sur les quatre premiers mois de 2017 », prévient le chef d’entreprise.

Implantation parisienne

« Nous avons des offres grands comptes et les besoins sont très grands en région parisienne. Il fallait que nous y soyons aussi », explique Ludovic de Carcouët. Bilan : l’entreprise a déjà trouvé des locaux à proximité de la place de la République à Paris. Deux personnes devraient être recrutées pour y travailler. Le bureau parisien pourrait également servir de rampe de lancement pour des services à l’international, « pas avant le deuxième semestre de cette année », tempère le dirigeant.

Labellisations Cnil

La Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) a délivré deux nouveaux labels à Digitemis. L’entreprise se spécialise un peu plus dans le domaine de la gestion et de la protection des données personnelles. Digitemis va pouvoir délivrer des formations « devenir délégué à la protection des données » et « gestion des données personnelles ». L’entreprise multiplie les labels dans un contexte où le contrôle des données personnelles va se renforcer avec l’entrée en vigueur d’un règlement européen en mai 2018. Par ailleurs l’émergence des objets connectés a mené les équipes à la création d’un laboratoire de test pour ces objets. Digitemis y décortique leur sécurité informatique, mais aussi leurs aspects juridiques.

Je partage

Derniers articles

Angular, N’Tier et HttpOnly

Avec l’apparition au cours de la décennie 2010 des environnements de travail Javascript de plus en plus puissants, l’architecture N’Tiers, si elle était déjà une norme dans le contexte d’application d’entreprises au cours des années 2000, a pu voir son modèle s’étendre à de nombreuses solutions Web. Ce modèle repose sur l’utilisation de technologies exécutées par le navigateur. Or, il arrive parfois que cette couche doive gérer une partie de l’authentification de l’utilisateur, pourtant une recommandation courante sur l’authentification est qu’elle ne doit jamais être côté client. Aussi, les cookies devraient toujours posséder l’attribut HttpOnly, empêchant leur lecture par une couche Javascript et ce afin d’empêcher tout vol de session lors d’une attaque de type XSS. Pourtant, cet attribut empêche littéralement l’application front-end de travailler avec ces éléments. Comment gérer au mieux ces questions sur ce type de déploiement ?

Lire l'article

Cybersécurité bancaire en Europe : les nouvelles mesures de la BCE, les risques et les solutions

La cybersécurité est devenue une préoccupation majeure pour le secteur financier, confronté à une digitalisation croissante de ses activités. Alors que la Banque Centrale Européenne (BCE) intensifie ses efforts pour renforcer la résilience face aux cybermenaces, cet article explore le contexte actuel, les initiatives de la BCE et les recommandations de Digitemis pour faire face à l’intensification des menaces sur le secteur.

Lire l'article