Impression et numérisation, maillons faibles du RGPD ?

Impression et numérisation

Un document qui traîne sur une imprimante, des données personnelles qui restent stockées sur un serveur d’impression (éventuellement dans le Cloud) ou encore une numérisation confidentielle qui est visible de tous sur un poste en libre-service, les failles de sécurité potentielles d’un système d’impression et de numérisation sont multiples et polymorphes.
Les entreprises sont-elles pleinement conscientes du risque ?

A partir du 25 mai 2018, elles sont susceptibles de subir des sanctions pouvant aller jusqu’à 4% du CA si elles ne sont pas conformes à la nouvelle réglementation sur la protection des données personnelles.

Alors, quel système de protection déployer et quelle politique d’impression mettre en place ?
Quelle gouvernance pour éviter une dilution des responsabilités entre la DSI, les moyens généraux, les RH, la Direction Financière et les utilisateurs métiers?

Le 6 février, IT for Business et Lexmark vous convient à un débat suivi d’un cocktail dinatoire afin de faire le point sur les enjeux de la protection des systèmes d’impression et de numérisation.

Programme

18h30 Accueil

19h00 « Les enjeux du RGPD par rapport aux environnements d’impression »

Ludovic de Carcouet, DG de Digitemis

19h25 Table ronde « Quelles sont les bonnes pratiques dans le domaine de l’impression pour aborder le RGPD »

Gregory Anderson, DPO, Lexmark

Arnaud Godet, Europe CISO, Scor (sous réserve)

Jean-Michel Sauvaud, Entreprise Sales Director & Managing Director Président, Lexmark

Guillaume Ors, Directeur des Systèmes d’Information et du Numérique, Académie de Versailles

Ludovic de Carcouet, DG de Digitémis

19h55 Avis d’expert Lexmark « Une approche pratique et fonctionnelle pour la conformité du système d’impression par rapport au RGPD »

Karl Trouillon, Responsable Marketing Solutions, Lexmark

20h10 Conclusion des débats

20h15 Cocktail dinatoire

S’inscrire

Je partage

Derniers articles

Angular, N’Tier et HttpOnly

Avec l’apparition au cours de la décennie 2010 des environnements de travail Javascript de plus en plus puissants, l’architecture N’Tiers, si elle était déjà une norme dans le contexte d’application d’entreprises au cours des années 2000, a pu voir son modèle s’étendre à de nombreuses solutions Web. Ce modèle repose sur l’utilisation de technologies exécutées par le navigateur. Or, il arrive parfois que cette couche doive gérer une partie de l’authentification de l’utilisateur, pourtant une recommandation courante sur l’authentification est qu’elle ne doit jamais être côté client. Aussi, les cookies devraient toujours posséder l’attribut HttpOnly, empêchant leur lecture par une couche Javascript et ce afin d’empêcher tout vol de session lors d’une attaque de type XSS. Pourtant, cet attribut empêche littéralement l’application front-end de travailler avec ces éléments. Comment gérer au mieux ces questions sur ce type de déploiement ?

Lire l'article

Cybersécurité bancaire en Europe : les nouvelles mesures de la BCE, les risques et les solutions

La cybersécurité est devenue une préoccupation majeure pour le secteur financier, confronté à une digitalisation croissante de ses activités. Alors que la Banque Centrale Européenne (BCE) intensifie ses efforts pour renforcer la résilience face aux cybermenaces, cet article explore le contexte actuel, les initiatives de la BCE et les recommandations de Digitemis pour faire face à l’intensification des menaces sur le secteur.

Lire l'article