L’usine de demain sera connectée

12 Avr 2017
Flavie Badreau, Juriste
868
0

Un milliard d’objets connectés dans l’industrie en 2020

Toujours en quête de plus de compétitivité, les usines intègrent désormais des objets connectés à leur fonctionnement. L’industrie manufacturière équipe ainsi ses chaines de production de capteurs qui permettent un gain de temps considérable. Également, les machines connectées pourront réaliser elles-mêmes leurs mises à jour ou contacter directement un spécialiste en cas de panne. Les exigences entourant la traçabilité des produits pourront être comblées via les multiples capteurs assurant un contrôle toujours plus précis.

Une modernisation de l’industrie qui n’est pas sans risque

Bien que les bénéfices soient certains, les risques existent et doivent être pris en compte. En effet, connecter son usine signifie augmenter la surface d’attaque informatique. Or, les enjeux sont énormes pour l’industriel qui doit craindre la désactivation de l’équipement de l’entreprise. Les tentatives d’intrusion sont principalement motivées par l’espionnage industriel. L’attaque des grands groupes devient une action de plus en plus courante dans la cyberguerre comme l’a illustré l’attaque de Deutsch Telekom en novembre 2016. La défaillance technique est largement à craindre également. Contrairement aux objets connectés destinés au grand public, ceux de l’industrie doivent être spécifiquement paramétrés ou développés pour répondre aux différents besoins. Ainsi la conception doit être la plus précise possible sans pour autant ignorer l’aspect sécurité, absolument essentiel pour la pérennité de l’entreprise.

Des mesures de sécurité essentielles

Sur le plan technique

En cas de mauvais usage chaque outil entrainera des problèmes différents. Chacun de ces problèmes doit avoir été envisagé au préalable afin de favoriser une réaction rapide et efficace. Afin d’éviter les vulnérabilités, les industriels devront vérifier les mesures de sécurité prises par les fournisseurs. Pour protéger leurs informations ils pourront créer des réseaux wifi ou filaires dédiés et cloisonnés à l’utilisation des données. Enfin les logiciels doivent être régulièrement mis à jour pour assurer une efficacité constante.

Sur le plan juridique

A priori les données personnelles ne semblent pas être en jeu dans le domaine industriel. Cependant, l’utilisation de caméras ou de GPS suppose que les données personnelles des employés peuvent être recueillies. Ainsi, l’employeur devra avertir le routier que son véhicule est équipé d’une balise GPS et le personnel de la mise en place d’un système de vidéosurveillance. Une autorisation de la CNIL suivie de l’information claire des employés est obligatoire.